L’ergonomie au prisme du développement durable : regards croisés sur la gestion et le recyclage des déchets

La 1ère édition a proposé des contributions croisées sur la gestion et le recyclage des déchets en s’appuyant sur deux études dans le secteur des déchets. 

Le déchet a toujours existé et des formes de recyclage l’ont toujours accompagné (enjeux économiques et écologiques). Dans les milieux ruraux, le déchet était intégré dans le cycle écologique et économique servant à fertiliser les terres, à nourrir les animaux ou utilisé comme source d’énergie. Au 18ème siècle, des formes plus organisées. Les chiffonniers ramassent les déchets pouvant être réutilisés. A la fin du 19ème, une tentative d’institutionnalisation
le préfet de la Seine, Eugène Poubelle, avait imaginé une forme de collecte sélective en séparant les matières putrescibles, les papiers, le verre et la faïence. Mais son application a été peu suivie. 
 
Dans le contexte du développement durable, la gestion des déchets et leur recyclage sont des enjeux majeurs et constituent plusieurs défis :  
–  Défi environnemental (Salubrité publique et réglementation du stockage des déchets, pour limiter les contaminations des sols et des eaux) 
 – Défi sociétal (Conditions de vie dignes et salubres des populations
 – Défi social (Emplois créés dans les secteurs industriels)
 – Défi économique (Le déchet recyclé comme potentielle ressource économique dans le cadre d’une économie circulaire). 

La chaîne de gestion des déchets démarre par la production du déchet (consommation d’un bien). Ce déchet est ensuite collecté. S’il est recyclable il sera trié, c’est-à-dire séparé par matière avec des opérations automatisées, mécanisées ou manuelles en vue de sa valorisation, c’est-à-dire sa transformation en nouveau produit. Les déchets non recyclables feront l’objet d’un autre processus de traitement, par l’enfouissement ou par l’incinération. La première contribution, proposée par Alexis Favreau, discute la première partie de cette chaîne de gestion, avec la production et le ramassage des déchets. La seconde, discute le tri des déchets ménagers en vue de leur recyclage. 

1/ Retour en images sur une intervention au Zoo de Beauval, par Alexis Favreau 

La première étude a été conduite par Alexis Favreau, dans le cadre de son stage de master 2 d’ergonomie. Réalisée au parc zoologique de Beauval, elle s’appuie sur une demande liée à des plaintes liées à la manipulation de sacs poubelles pour les déchets issus des consommations des visiteurs dans un contexte d’essor de l’entreprise et d’augmentation des flux de déchets. 

Dans cette présentation qui revisite ses travaux, Alexis Favreau caractérise la diversité des zones et des aménagements sur ce territoire et identifie les caractéristiques locales qui influencent la composition des déchets inscrits dans leur territoire, ce qui détermine l’activité des agents de collecte. 

Mémoire de master 2 d’Alexis Favreau, septembre 2017

2/ Réflexions sur l’ancrage territorial des activités de tri des déchets d’emballages ménagers par Leïla Boudra 

A partir d’une recherche-intervention menée en partenariat avec l’Institut National de Recherche et de Sécurité et l’Université Lyon 2, cette contribution visait à discuter l’ergonomie au prisme du développement durable. Elle s’appuie sur une recherche doctorale dans le secteur du tri des déchets ménagers, dont la demande visait à proposer des actions innovantes pour la prévention des risques professionnels pour agir dès la conception des systèmes de travail, dans un contexte d’industrialisation de la filière, de transformations techniques et organisationnelles et de développement du recyclage des déchets notamment des déchets d’emballages plastique.
 
En particulier, ont été abordés :
– la place du travail dans les entreprises de l’économie verte, de laquelle relève les centres de tri des déchets. Le travail demeure un impense mais apparaît comme une dimension pourtant stratégique de la stratégie à triple dividende (économique, environnemental, social). 
– la dimension territorialisée des projets de développement durable et l’intérêt de l’appréhender en ergonomie pour comprendre et transformer le travail 
– l’enjeu de concevoir des systèmes de travail durables, ouvrant ainsi sur l’intérêt de mobiliser l’approche instrumentale. 
 
 
Thèse de doctorat de Leïla Boudra, décembre 2016