Archives de catégorie : Billets

Bande-dessinée : ” Ergo… quoi ? La BD sur le métier d’ergonome” des étudiants du master de Paris 8

La promotion 2018-2019 des étudiants du master 2 d’ergonomie de Paris 8 a conçu une bande-dessinée de vulgarisation des principaux concepts et champ d’application de l’ergonomie, illustrés par de nombreux dessinateurs.

A noter, une double page est consacrée aux liens entre ergonomie et développement durable.

Un site internet lui est dédié. La BD est disponible gratuitement en version numérique et à l’achat en version papier en commande. A retrouver sur : https://www.ergoquoi.com

Couverture de la bande-dessinée “ergo quoi ?” réalisée par les étudiants de master 2 d’ergonomie de Paris 8 (promotion 2018-2019)

Vidéo : “ergonomie et développement durable” des étudiants du master d’ergonomie

Scénario conçu par des étudiants du master d’ergonomie de Paris 8, en collaboration avec Marion Gras-Gentilletti & Benoît Langlois, doctorants en ergonomie (C3U-Paragraphe). 

Financé par le FAFIEC (fafiec.fr) et le CINOV ergonomie (https://www.cinov.fr/syndicats/cinov-…) pour le site concepteursdavenir.fr.

A retrouver sur la chaîne youtube dédiée au projet. 

Ressources bibliographiques

Pour affiner la réflexion …

Cet article propose des ressources bibliographiques mobilisées dans la construction de nos journées d’étude permettant d’affiner la réflexion sur les liens entre ergonomie et développement durable. Cette liste n’est pas exhaustive et ne vise pas à produire un état de l’art et de l’ensemble des connaissances pour cette vaste thématique. Elle est régulièrement mise à jour et compléter par les administrateurs du carnet. Pour toute suggestion, merci d’adresser un courriel aux administrateurs : ergoddmasterp8@gmail.com

_____

Le développement durable

Brundtland, G.H. (1987). Our common future. Report of the World Commission on Environment and Development. [Disponible en ligne]

Brunel, S. (2012). Le développement durable. Paris : Presses Universitaires de France.

Ekins, P. (1993). “Limits to growth” and “sustainable development”: grappling with ecological realities. Ecological Economics, 8, 269-288.

Khan, M. A. (1995). Sustainable development: the key concepts, issues and implications. Sustainable Development, 3(2), 63-69.

Lélé, S.M. (1991). Sustainable development: a critical review. World Development, 19(6), 607-621.

Mayen , P. & Lainé, A. (2014). Apprendre à travailler avec le vivant. Développement durable et didactique professionnelle. Paris : Raison & Passions.

Meadows, D.H., Meadows, D.L., Randers, J., & Behrens III, W.W. (1972). The limits to growth. A report for the Club of Rome’s Project on the Predicament of Mankind. New York: Universe Books.

Parra, C. & Moulaert, F. (2011). La nature de la durabilité sociale : vers une lecture socioculturelle du développement territorial durable. Développement durable & territoires, 2(2), 1-16.

Pearce, D.W., & Warford, J.J. (1993). World without end: economics, environment and sustainable development. Oxford : Oxford University Press Inc.

Theys, J. (2010). Le développement durable vingt ans après : plaidoyer pour une seconde étape. In J.Theys, C. du Tertre, & F. Rauschmayer (Eds.) Le développement durable, la seconde étape (pp. 25–63). La Tour-d’Aigue : Éditions de l’Aube

Vivien, F.-D. (2003). Jalons pour une histoire de la notion de développement durable. Mondes en développement, 121(31), 1-21.

_____

L’ergonomie et le développement durable

Béguin, P., & Pueyo, V. (2011). Quelle place au travail des agriculteurs dans la fabrication d’une agriculture durable ? Perspectives interdisciplinairaires sur le travail et la santé, 13(1), 1-27. [Disponible en ligne]

Bolis, I., Brunoro, C.M., Sznelwar, L.I. (2014). Mapping the relationships between work and sustainability and the opportunities for ergonomic action. Applied Ergonomics, 45(4), 1225-1239.

Boudra, L. (2016). Durabilité du travail et prévention en adhérence. Le cas de la dimension territoriale des déchets dans l’activité de tri des emballages ménagers (Thèse de doctorat). Lyon : Université Lumière Lyon 2. [Disponible en ligne

Boudra, L. (2019). Activité humaine, espace et territoire. Éléments de réflexion à partir d’une analyse systémique et multiscalaire. Ergologia, 22, 69-90. [Disponible en ligne]

Boudra, L., Béguin, P., Delecroix, B., & Pueyo, V. (2019). Prendre en compte le territoire dans la prévention des risques professionnels. Le cas du travail de tri des emballages ménagers. Le travail humain, 82(2), 99-128.

Boudra, L., Pueyo, V., & Béguin, P. (2018). The territorial anchorage of waste sorting activities and its organization for prevention. In Bagnara S., Tartaglia R., Albolino S., Alexander T., Fujita Y. (eds).Proceedings of the 20th Congress of the International Ergonomics Association (IEA 2018), Advances in Intelligent Systems and Computing, vol 825 (pp. 923-931). Springer, Cham.

Brangier, E., Vivian, R., & Bornet, C. (2019). Méthodes d’ergonomie prospective appliquées à l’identification de besoins pour des systèmes d’energie à base d’hydrogène : étude exploratoire. Psychologie française, 64(2), 197-222.

Duarte, F., Béguin, P., Pueyo, V., & Lima, F. (2015). Work activities within sustainable development. Production, 25(2), 247-265. [Disponible en ligne]

Cerf, M., Gibbon, D., Hubert, B., Ison, R., Jiggings, J., Paine, M., Proost, J., & Rôling, N. (2000). Cow up a tree : Knowing and learning for change in agriculture. Case studies form industrialised countries. Paris : INRA.

Chizallet, M., Prost, L. & Barcellini, F. (2019). Comprendre l’activité de conception d’agriculteurs en transition agroécologique : vers un modèle trilogique de la conception. Psychologie française, 64(2), 119-139.

Christian Bastien, J.-M. (2012). Réchauffement climatique : les contributions possibles de la psychologie ergonomique et de l’interaction humain-machine à la réduction de la consommation d’énergie. Le travail humain, 75(3), 329-348. [Disponible en ligne]

Coquil, X., Dedieu, B., & Béguin, P. (2017). Professional transitions towards sustainable farming systems: the development of farmers’professionnal worlds. Work, 57(3), 325-337. [Disponible en ligne]

Dekker, S.W.A., Hancock, P.A., Wilkin, P. (2013). Ergonomics and sustainability: towards an embrace of complexity and emergence. Ergonomics. 56, 357–364.

Favreau, A. (2017). La gestion des déchets. Analyse de l’activité des agents techniques et des agents d’entretien au sein du ZooParc de Beauval (Mémoire de master 2). Saint-Denis : Université Paris 8. 

Favreau, A., Bourmaud, G., & Decortis, F. (2018). Activity resources, resources for sustainable development: the case of waste management in a zoological park in France. In Bagnara S., Tartaglia R., Albolino S., Alexander T., Fujita Y. (eds). Proceedings of the 20th Congress of the International Ergonomics Association (IEA 2018), Advances in Intelligent Systems and Computing, vol 825 (pp. 997-1002). Springer, Cham.

Fréjus, M. (2019). Élargissement et renouvellement des questions traitées par l’ergonomie dans le domaine du développement durable : retour sur 12 ans de travaux sur les activités domestiques et la maîtrise des consommations énergétiques. Psychologie française, 64(2), 179-196.

Fréjus, M., & Guibourdenche, J. (2012). Analysing domestic activity to reduce household energu consumption. Work, 41(1), 539-548. [Disponible en ligne]

Guibourdenche, J., Bourmaud, G., Prost, M., & Retaud, X. (2018). Sustainable Development and Ergonomics: A Reflection Stemming from the Commission “Concevoir pour le Développement Durable”. In Bagnara S., Tartaglia R., Albolino S., Alexander T., Fujita Y. (eds). Proceedings of the 20th Congress of the International Ergonomics Association (IEA 2018), Advances in Intelligent Systems and Computing, vol 825 (pp. 932-939). Springer, Cham.

Guibourdenche, J., & Cahour, B. (2019). Développement durable : nouvelles perspectives en psychologie ergonomique et ergonomie. Psychologie française, 64(2), 115-118.

Guibourdenche, J., Poret, C., Poizat, G., Motté, F., Haradji, Y., Salembier, P., & Galbat, M. (2020). Sustainable development and ernergy systems design: issues and perspectives from a Francophone activity-centered approach. In A. Thatcher, J.K. Zinc & K. Fischer (Eds.), Human Factors for sustainability. Theoretical perspectives and global applications (pp.335-364). Florida, USA : Taylor & Francis. 

Haslam, R., & Waterson, P. (2013). Ergonomics and sustainability. Ergonomics, 56(3), 343-347. [Disponible en ligne]

Prost, M., Prost, L., & Cerf, M. (2017). Les échanges virtuels entre agriculteurs : un soutien à leurs transitions professionnelles ? Raisons éducatives, 21(1), 129-154. [Disponible en ligne]

Thatcher, A., (2012). Green ergonomics: definition and scope. Ergonomics, 56(3), 389-398.

Thatcher, A., Guibourdenche, J., & Cahour, B. (2019). Sustainable system-of-systems and francophone activity-centered approaches in ergonomics: converging and diverging lines of dialogue. Psychologie française, 64(2), 159-177.

Thatcher, A., & Milner, K. (2012). The impact of a “green” building on employees’ physical and psychological wellbeing. Work, 41(1), 3816-3823. [Disponible en ligne]

Thatcher, A., Zinc, K.J., & Fischer, K. (2020). Human Factors for sustainability. Theoretical perspectives and global applications. Florida, USA : Taylor & Francis.

Tosi, F. (2012). Ergonomics and sustainability in the design of everyday use products. Work, 41(1), 3878-3882. [Disponible en ligne]

Zink, K.J., & Fischer, K. (2013). Do we need sustainability as a new approach in human factors and ergonomics?. Ergonomics, 56(3), 348-356.

 

 

L’université Paris 8 : territoire de développement durable ? ouverture de la 3e édition des journées “ergonomie et développement durable”

Cette contribution reproduite pour le carnet « ergoddP8 » est le texte d’ouverture de la 3″ journée « ergonomie et développement durable » qui s’est tenue en mars 2020 et qui avait pour thème l’université Paris 8, territoire de développement durable. Il a été proposé par Leïla Boudra. 

Pour cette 3e édition, le thème que nous avons retenu est « L’université paris 8 : territoire de développement durable ». C’est une proposition de thème que l’on aurait pu formuler sous forme de question. Est-ce que Paris 8, est-ce qu’une université est ou peut-être un territoire de développement durable ? 

Dans cette introduction à la journée, je vous propose de revenir sur les différents aspects que soulève cette question. 

LE DEVELOPPEMENT DURABLE ET LE TERRITOIRE

En 1987, le rapport de la commission Brundtland de l’ONU, intitulé « Notre avenir à tous » définit le développement durable comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (Brundtland, 1987, p.40) Positionné comme un défi mondial, le DD a aujourd’hui imprégné l’ensemble de la société dans ses sphères politiques, industrielles, commerciales et scientifiques (Haslam & Waterson, 2013).

Le développement durable concerne l’ergonomie dans ses divers orientations et domaines d’action tant sur les aspects de travail, de formation, de conception ou de vie quotidienne, qui sont étudiés dans la formation du master d’ergonomie de Paris 8.

Le territoire est considéré comme l’échelle de mise en œuvre des politiques environnementales (Lascoumes, 2012). Les objectifs définis au niveau national ou supranational doivent s’inscrire dans, et répondre à, ce qui apparaît comme des spécificités locales. En d’autres termes, il s’agit d’entretenir une dialectique globale/locale, nécessaire compte tenu du constat de la disparité des enjeux territoriaux, en termes notamment de développement économique et social. C’est un enjeu de mise en oeuvre d’actions concrètes.

LE TERRITOIRE ET L’ERGONOMIE

Appréhender le territoire en ergonomie suppose d’adopter un point de vue multifocal (Boudra et al., 2019) en tenant compte : des caractéristiques morphologiques de l’espace et les aménagements, des acteurs qui le composent, de ses dimensions historico-culturelles, subjectives et symboliques et des dynamiques socio-économiques qui s’y déploient.

Le territoire est une échelle d’analyse dont le périmètre et les frontières sont déterminés par le projet étudié : à l’échelle d’une exploitation agricole, d’une commune, d’un département, ou d’un campus universitaire. Et Paris 8 est un territoire aux dimensions multiples.

Paris 8, un territoire aux dimensions multiples
Paris 8, un territoire aux dimensions multiples

Sur ce territoire de Paris 8, se déploient des projets de développement durable divers. Et ce sont certains de ces projets que les étudiants du master 1 d’ergonomie ont étudié et vont nous présenter les résultats de leurs analyses ce matin.

Ces projets comme nous le verrons, sont portés par des initiatives individuelles ou collectives. A l’origine, ce sont des acteurs de la communauté universitaire engagés dans le développement durable qui cherchent à s’associer pour “sensibiliser à la biodiversité”, “consommer durable”, etc.

Ces projets prennent des formes diverses et associent des acteurs hétérogènes de la communauté universitaire et s’appuient sur ou contribuent à développer le tissu associatif de l’université.

Ils sont aussi des vecteurs de dynamiques collectives entre enseignants, personnels administratifs et techniques et étudiants. Ces projets sont souvent des supports, des invitations à des démarches plus participatives, plus collaboratives sans hiérarchisation liée au statut. Ils ouvrent même parfois à des modes d’autogestion.

Et ils nous interrogent nous ergonomes : comment s’inscrivent-ils dans l’activité des usagers ? comment la transforment-ils ? ou comment s’inscrivent-ils dans l’organisation caractéristique de l’université ? la bousculent-ils ? quelles interactions entretiennent ces acteurs et quelles modalités de coopération se développent ? Et cela d’autant que l’on sait qu’il n’est jamais simple de faire coopérer des acteurs hétérogènes, porteurs d’enjeux et d’orientations divers. Ce sont ces questions que nous allons traiter dans cette 3e édition avec le concours des étudiants du master 1 que nous remercions chaleureusement.

  • Les références bibliographiques sont à retrouver ici

Le développement durable : un enjeu pour l’ergonomie ? Ouverture de la 1ère édition des journées « Ergonomie et développement durable » du master d’ergonomie de Paris 8

Cette contribution reproduite pour le carnet « ergoddP8 » est le texte d’ouverture de la 1ère édition de la journée « ergonomie et développement durable » qui s’est tenue en mars 2018. Il a été proposé par Leïla Boudra. 

Ce texte est disponible en accès libre et en archives ouvertes.

Pour ouvrir cette première journée « Ergonomie et développement durable » aux côtés de Gaëtan Bourmaud, je vais organiser mon propos autour de 5 axes. L’objectif étant de proposer quelques premiers jalons pour penser les liens entre ergonomie et développement durable. La majeure partie de mon propos est extraite de ma thèse[1] réalisée à l’Université Lyon 2 sous la direction de Pascal Béguin et soutenue en 2016. 

D’abord, je vais commencer par rappeler la définition du développement durable et poser ses principaux enjeux pour introduire le contexte dans lequel nous nous situons. Puis, j’introduirai les liens entre développement durable et travail, puisque c’est de cette manière que j’attrape la question du développement durable dans mes travaux. Ce qui nous amènera à aborder la prise en compte du développement durable dans les entreprises notamment sous l’angle des normes et ce qu’on pourrait résumer comme la responsabilité sociale ou sociétale des entreprises, et sous l’angle du verdissement des entreprises. Je parlerai ensuite brièvement des conditions de travail et de l’activité dans les entreprises du développement durable. Enfin, pour conclure cette introduction, je formulerai quelques questions adressées à l’ergonomie pour un positionnement sur le développement durable. 

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE : DÉFINITIONS ET ENJEUX

En 1987, la « commission mondiale sur l’environnement et le développement » de l’ONU a publié un rapport intitulé « Our Common Future »[2] (trad. Notre avenir à tous – rapport Brundtland) et propose une définition du « développement durable ». Le développement durable (traduit de l’anglais « sustainable development ») s’entend comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Cette notion a aujourd’hui imprégné l’ensemble de la société dans ses sphères politiques, industrielles, commerciales et scientifiques (Haslam & Waterson, 2013[3]).

Le développement durable est une notion qualifiée d’anthropocentrée, c’est-à-dire centrée sur les intérêts et les besoins humains (Landais, 1998)[4]. Mais l’objectif principal est la croissance économique (Vivien, 2003[5]). En effet, on considère que l’équité sociale peut être atteinte avec la croissance économique, dans la mesure où celle-ci est compatible avec l’environnement (Pearce & Warford, 1993)[6]. Dans ce contexte, le développement peut être entendu comme un objectif global, support pour des transitions des formes économiques et industrielles. Il s’agit en effet de changements d’ordre structurel au sein d’une réalité socio-économique complexe (Ballet et al., 2004)[7] pour atteindre une contribution simultanée dans les domaines économiques, environnementaux et sociaux (Brunel, 2012)[8].

Mais d’une manière générale, force est de constater que le développement environnemental durable prédomine, et la durabilité sociale reste un défi à relever (Lélé, 1991[9] ; Bazillier, 2011). Si bien que les trois piliers du développement durable apparaissent le plus souvent comme des entités séparées, pour lesquelles il semble difficile de trouver une unité commune. (Giddings et al., 2002[10]). 

Or, la dimension de durabilité sociale doit retenir particulièrement notre attention. Elle renvoie à la possibilité pour les individus de disposer de conditions de vie justes et équitables. Elle apparaît donc souvent rattachée à des aspects d’équité et de justice sociale (Parra & Moulaert, 2011[11] ; Murphy, 2012[12]).

LE TRAVAIL DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Ces enjeux et défis du développement durable nous conduisent à poser la question du travail dans le développement durable. 

Revenons au rapport Brundtland de l’ONU de 1987, le travail y est reconnu comme un besoin fondamental pour les individus. C’est donc une question au cœur des enjeux du développement durable. Pourtant le travail est « le grand oublié » du développement durable (Bazillier, 2011)[13].

Le travail représente une dimension centrale de la durabilité sociale puisqu’il est entendu qu’il peut contribuer à son amélioration en fonction des conditions dans lesquelles il s’effectue (Duarte et al., 2015)[14]. Entendu comme une activité finalisée, il s’inscrit dans un cadre économique de création de valeur à travers des activités économiques dont le résultat est la production de biens matériels ou immatériels, avec des conséquences potentielles sur l’environnement : sa préservation ou au contraire sa dégradation (Bazillier, op.cit.).

Les questions d’emplois et de conditions de travail sont étroitement liées aux contextes nationaux, aux modèles socio-politiques et culturels, et au développement économique qui joue un rôle déterminant. Des auteurs en ergonomie avaient déjà mis en avant l’importance des contextes nationaux et des facteurs culturels, par exemple dans le cas des transferts de technologie entre pays, comme l’avait souligné Wisner[15] concernant ses travaux autour anthropotechnologie. 

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS LES ENTREPRISES

Poursuivons l’approfondissement des liens entre travail et développement durable. 

Les liens entre la dimension sociale du développement durable d’une part et le travail d’autre part sont présents dans les entreprises depuis de nombreuses années. C’est ce que laisse penser l’ambition normative du développement de la responsabilité sociale (ou sociétale) des entreprises (RSE). 

De nombreuses entreprises mondialisées se sont ainsi engagées à respecter des aspects sociaux et environnementaux. La RSE[16] est devenue en 2001 une certification AFNOR, représentée par la norme ISO 26000. Il s’agit de la maîtrise des impacts de ses décisions et de ses activités sur la société et sur l’environnement (l’environnement, la santé et le bien-être). D’autres normes concernant le développement durable ont émergé. Citons par exemple la norme ISO 14001, qui précise pour les entreprises les exigences relatives au « management environnemental ». Cette tendance semble indiquer qu’une économie « plus verte » « n’est plus une option pour les entreprises et les marchés du travail, mais bien une nécessité » comme l’exprime le BIT (2013)[17]. On parle alors de verdissement de l’économie ou de green business (économie verte). 

Cette tendance conduit à une transformation des emplois, des tâches et des activités des individus. Des auteurs en sociologie par exemple (Arpin et al., 2015[18]) ont montré comment l’environnement s’était professionnalisé à travers un processus qui touche notamment les associations de protection de l’environnement, mais aussi les métiers en lien avec la nature comme les agriculteurs, pêcheurs ou forestiers. Parallèlement, les auteurs de l’ouvrage soulignent que de nombreux métiers se trouvent ainsi transformés par ces injonctions normatives institutionnelles, comme celui de conseiller agricole, celui des agents de la propreté urbaine, de la gestion des déchets, ou encore les professionnels de la gestion territoriale de l’eau. 

LES CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

La promotion du développement durable ont donc conduit à la création de nouveaux métiers, ou à la transformation de métiers plus anciens (métiers dits « verdissants »). 

Mais de nombreuses interrogations au niveau national et international émergent quant à la durabilité du travail dans les centres de tri comme dans d’autres activités industrielles dont la finalité est la protection de l’environnement. Par exemple, the European Agency for Safety and Health at Work (EU-OSHA)[19] indiquait en 2013 que certaines organisations productives de ce secteur du green business pourraient avoir des effets favorables au regard de la préservation de l’environnement mais défavorables du point de vue de la durabilité des conditions de travail. Ce constat a été corroboré par la suite par des travaux[20] montrant les effets négatifs sur la santé et la sécurité de certaines exigences de protection de l’environnement. Prenons pour exemple des travaux sur la manière dont les exigences environnementales qui ont conduit à une écologisation des services de propreté urbaine. Les pratiques professionnelles de ces travailleurs ont évolué pour répondre aux objectifs environnementaux, impliquant parfois la réintroduction de techniques jugées pénibles, notamment pour le ramassage des déchets de collectes sélectives ou pour le désherbage (Béguin, M., 2015[21]). C’est aussi des questions que j’aborderai dans ma présentation en fin de matinée sur le travail de tri des déchets ménagers. 

Mais dans le même temps, le verdissement des activités économiques repose en partie sur les compétences professionnelles des travailleurs. Dans l’ouvrage en sociologie dont je parlais tout à l’heure (Arpin et al., op.cit.), les auteurs ont montré que les compétences des travailleurs mises au service de l’environnement relèvent de connaissances territorialisées. Par exemple, la professionnalisation des activités de surveillance des milieux aquatiques pour démontrer que les connaissances précises du territoire et des espèces piscicoles qui y étaient présentes faisaient partie des compétences développées par les agents de terrain (Bouleau & Gramaglia, 2015[22]). Mais les nouvelles pratiques institutionnalisées, notamment par la mise en place de nouvelles métriques scientifiques et techniques, rendaient caduques les pratiques développées par ces agents. Les nouvelles normes institutionnelles qui se développent entrent ainsi en contradiction avec l’expertise des acteurs du terrain. 

ERGONOMIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : QUELLES CONTRIBUTIONS ?

Le développement durable contribue ainsi à reconfigurer dans ses exigences et dynamiques le sens du travail et son contenu. Ce sont des exigences écologiques qui contribuent à le transformer. Mais ces transformations contribuent-elles à en faire un travail durable ? C’est un premier point d’intérêt pour l’ergonomie. Le travail se situe à l’interface des sphères de l’économie, de l’environnement et du social en tension et repose sur une articulation entre le technique et le politique (Béguin & Pueyo, 2009[23]). D’une part, le travail, particulièrement dans le développement durable, se configure avec les possibilités de développer des techniques innovantes pour assurer la transition écologique et la performance économique du système. D’autre part, il repose également sur les incitations politiques comme réponse aux enjeux d’insertion des populations exclues du monde du travail.

Pour autant, notre discipline doit faire un pas supplémentaire. Il ne s’agit pas seulement de « regarder » le travail et ses conditions d’effectuation, mais de s’intéresser à cette triangulation des domaines économiques, environnementaux et sociaux pour ne pas perdre de vue l’un des domaines du développement durable. 

Dans ce contexte, l’ergonomie peut contribuer au développement durable à différents niveaux (Zink & Fischer, 2013[24] ; Hasle, 2014[25] ; Duarte et al., op.cit. ; Thatcher & Yeow, 2016[26]) : 

  • –  En identifiant les interdépendances entre les trois piliers du développement durable et leurs potentielles contradictions pour montrer comment elles « font » système ; 


–  En participant à la conception de systèmes de travail durables facteurs de santé et d’efficacité. 


Mais plus largement, si l’on revient à la définition du développement durable proposée par l’ONU en 1987, on voit que le développement durable mêle ainsi des dimensions à la fois temporelles et spatiales : 

  • D’une part, il interroge les évolutions temporelles et les dynamiques intra et intergénérationnelles. Une thématique sur laquelle l’ergonomie a beaucoup de choses à dire que ce soit du point de vue des innovations techniques (conception) ou sur la gestion des âges et le vieillissement des populations ;
  • D’autre part, il pose la question de l’échelle d’action face à des problèmes globalisés dans un contexte de mondialisation des économies mais définis par des enjeux territorialisés différents. 

C’est à ce niveau peut-être un nouveau défi pour l’ergonomie, ou en tout cas un nouveau champ d’action. 


[1] Boudra, L. (2016). Durabilité du travail et prévention en adhérence. Le cas de la dimension territoriale des déchets dans l’activité de tri des emballages ménagers (thèse de doctorat). Lyon : Université Lyon 2. 

[2] Brundtland, G.H. (1987). Our common future. Report of the World Commission on Environment and Development. Disponible sur : http://www.un-documents.net/our-common-future.pdf 

[3] Haslam, R., & Waterson, P. (2013). Ergonomics and sustainability. Ergonomics, 56(3), 343-347.

[4] Landais, E. (1998). Agriculture durable : les fondements d’un nouveau contrat social ? Courrier de l’environnement de l’INRA, 33, 5-22. 

[5] Vivien, F.-D. (2003). Jalons pour une histoire de la notion de développement durable. Mondes en développement, 121(31), 1-21. 

[6] Pearce, D.W., & Warford, J.J. (1993). World without end: economics, environment and sustainable development. Oxford: Oxford University Press Inc. 

[7] Ballet, J, Dubois, J.-L., & Mahieu, F.-R. (2004). À la recherche du développement socialement durable : concepts fondamentaux et principes de base. Développement durable et territoire, 3, 1-13. 

[8] Brunel, S. (2012). Le développement durable. Paris : Presses Universitaires de France. 

[9] Lélé, S.M. (1991). Sustainable development: a critical review. World Development, 19(6), 607-621. 

[10] Giddings, B., Hopwood, B., & O’Brien, G. (2002). Environment, economy and society: fitting them together into sustainable development. Sustainable Development, 10(4), 187-196. 

[11] Parra, C. & Moulaert, F. (2011). La nature de la durabilité sociale : vers une lecture socioculturelle du développement territorial durable. Développement durable & territoires, 2(2), 1-16.

[12] Murphy, K. (2012). The social pillar of sustainable development: a literature review and framework for policy analysis. Sustainability: Science, Practice and Policy, 8(1), 15-29. 

[13] Bazillier, R. (2011). Le travail, grand oublié du développement durable. Paris : Le Cavalier Bleu. 

[14] Duarte, F., Béguin, P., Pueyo, V., & Lima, F. (2015). Work activities within sustainable development. Production, 25(2), 247-265.

[15] Wisner, A., Pavard, B., Benchekroun, T.H., Geslin, P. (1997). Anthropotechnologie. Vers un monde industriel pluricentrique. Toulouse : Octarès Editions. 

[16] Notons toutefois que l’histoire de l’établissement de la RSE remonte bien avant la promotion d’un développement durable, puisqu’elle commence à se constituer aux États-Unis à la fin du XIXsiècle, mais son application reste toujours très hétérogène (Bazillier, op.cit.).

[17] BIT. (2013). Développement durable, travail décent et emplois verts. Conférence internationale du Travail, 102e session. 

[18] Arpin, I., Bouleau, G., Candau, J., & Richard-Ferroudji, A. (2015). Activités professionnelles à l’épreuve de l’environnement. Toulouse : Octarès Editions.

[19] EU-OSHA. (2013). Green jobs and occupational safety and health: foresight on new and emerging risks associated with new technologies by 2020. Report. 

[20] Akamangwa, N. (2016). Working for the environment and against safety: How compliance affects health and safety on board shicointreaups. Safety Science, 87, 131-143. ; INRS. (2011). Centre de tri de déchets recyclables secs ménagers et assimilés issus des collectes séparées – Guide de prévention pour la conception. ED 6098. Vandoeuvre : Institut National de Recherche et de Sécurité. Available on :http://www.inrs.fr/accueil/produits/mediatheque/doc/publications.html?refINRS=ED%206098

[21] Béguin, M. (2015). Places et rôles de l’environnement dans le travail des agents de propreté urbaine. In I. Arpin, G. Bouleau, J. Candau & A. Richard-Ferroudji (Eds.), Activités professionnelles à l’épreuve de l’environnement (pp. 133-151). Toulouse : Octarès Editions. 

[22] Bouleau, G., & Gramaglia, C. (2015). De la police de la pêche à celle de l’environnement : l’évolution d’une activité professionnelle dédiée à la sruveillance des milieux aquatiques. In I. Arpin, G. Bouleau, J. Candau & A. Richard-Ferroudji (Eds.),  Activités professionnelles à l’épreuve de l’environnement (pp. 73-91). Toulouse : Octarès Editions. 

[23] Béguin, P., & Pueyo, V. (2009). Le développement durable dans le travail : entre sphères privée et publique. Communication au Rede Internacional Ergologia, Trabalho E Desenvolvimento. Belo Horizonte, Brésil. 

[24] Zink, K.J., & Fischer, K. (2013). Do we need sustainability as a new approach in human factors and ergonomics?. Ergonomics, 56(3), 348-356. 

[25] Hasle, P. (2014). Development of sustainable work – is there a future for a Nordic model. Proceedings of the ODAM/NES congress, Ergonomics challenges in new economics, Copenhague, Danemark. 

[26] Thatcher, A., & Yeow, H.P. (2016). A sustainable system of systems approach: a new HFE paradigm. Ergonomics, 59(2), 167-178. 


L’abeille et le développement durable. 2e édition des journées “ergonomie et développement durable”

Cette contribution reproduite pour le carnet « ergoddP8 » est le texte d’ouverture de la 2e partie de la journée “ergonomie et développement durable” qui s’est tenue en mars 2019 et qui avait pour thème le projet de rucher de l’Université Paris 8. Il a été proposé par Leïla Boudra. 

LES ABEILLES, DES INSECTES SOCIAUX 

Les insectes sociaux ou eusociaux [1] sont des insectes vivants et s’organisant en colonies et démontrant une intelligence collective leur permettant de retirer un bénéfice de leur instinct grégaire. Parmi les insectes sociaux, on compte : toutes les espèces de fourmis et de termites et certaines espèces d’abeilles et de guêpes par exemple. En effet, certaines espèces seulement d’abeilles sont sociales, notamment les abeilles domestiques ou mellifères. Mais la plupart, les abeilles sauvages sont solitaires [2]. 

DES PARALLÈLES AVEC LES SOCIÉTÉS HUMAINES 

Les insectes sociaux et particulièrement les abeilles ont été le sujet d’innombrables réflexions scientifiques. Peu d’autres espèces du monde animal ont davantage fasciné les Hommes [3]. La ruche par exemple a été largement utilisée comme une métaphore d’un modèle ou d’un contre-modèle d’organisation politique et sociale (et cela dès Aristote dans la Grèce antique), parfois modèle d’une société utopique parfaite (chacun a sa place et contribue à la société) ou au contraire modèle d’une société totalitaire dans laquelle le déterminisme social serait tellement puissant que les individus ne pourraient être libres de décider par eux-mêmes [4] (pensons par exemple à « Divergente » ou « 1984 »). 

D’une manière générale, c’est un support pour étudier la formation des sociétés humaines – les humains étant considérés eux-mêmes comme des animaux sociaux. L’organisation des sociétés humaines étant sous-entendue comme naturelle, avec l’idée que l’individu seul ne peut pas assurer les conditions de sa propre survie. Cette survie se doit à la dynamique collective créée, dont la portée politique associée au langage (pour la transmission) offre les conditions de la survie assurée par la Cité

La philosophie grecque antique avait fait des ruches un objet d’étude ou plus précisément un objet d’usages mythiques, assimilant l’abeille ouvrière à la femme, emblème des vertus domestiques. Aristote (-384 à -322 avant notre ère) – disciple de Platon – dans sa pratique de la philosophie donne une place importante à la nature et s’est lui-même largement intéressé aux abeilles dans la perspective d’une recherche de savoir et de compréhension du monde. Et comme le rappelle Legrand [5], il s’interroge par exemple « Il est évident que l’homme est un animal politique, plus que n’importe quelle abeille et que n’importe quel animal grégaire. ». 

De la même manière, les comparaisons avec ces animaux sociaux ont pu être utilisées pour dénoncer certaines injustices socio-économiques, notamment par les fabulistes et parmi les plus connus d’entre eux Jean de la Fontaine. Citons par exemple, « La cigale et la fourmi » (1668) ou une autre fable peut-être un peu moins connue « Les Frelons, & les Moûches à miel » (1678) dans laquelle il se sert de la discorde dans la famille des hyménoptères comme prétexte pour une critique de la justice de l’époque. 

DES INTERACTIONS ENTRE HUMAINS ET ABEILLES DE TOUT TEMPS (OU PRESQUE)

Outre ces intérêts mythologiques pour la formation des sociétés des insectes sociaux, les abeilles et les Hommes cohabitent depuis des millénaires. On a trouvé des traces archéologiques sur des sites préhistoriques européens et méditerranéens, des témoignages de cette relation sous forme de fragments de poteries ayant contenu de la cire d’abeille (et donc sans doute du miel) datant de près de 9 000 ans pour les plus anciens [2]. Mais c’est plus récemment que la domestication des abeilles s’est développée, à partir du 18e siècle en Europe [6].

Si les abeilles ont une place aussi importante, c’est parce que l’action des pollinisateurs est nécessaire à la culture de près de 75% des plantes aujourd’hui cultivées, c’est-à-dire 35% du volume de la production agricole mondiale [7]. L’INRA insiste d’ailleurs sur le fait que la production de 84 % des espèces cultivées en Europe dépendent directement des pollinisateurs, qui sont à plus de 90 % des abeilles domestiques et sauvages. Alors, si ces insectes sont des supports aux activités humaines, des auxiliaires de l’agriculture [8], peut-être devrions-nous nous y intéresser en tant qu’ergonomes ? Ou tout du moins, dans une perspective pluridisciplinaire intégrer d’une certaine manière ce que les spécialistes de la vie des animaux et des milieux naturels et anthropisés en disent ? Peut-être plus simplement, avons-nous à intégrer ces aspects comme des composantes du système dans lequel l’individu agit, et avec lequel l’individu interagit et d’envisager cela comme déterminants ou effets de l’activité ? 

DE L’OBJET MYTHIQUE …AU BIO-INDICATEUR : UNE QUESTION D’EMBLÈME

On comprend alors d’autant mieux pourquoi l’abeille est devenu un emblème de la fragilité du monde et de la nécessité de préserver la biodiversité dans un contexte de baisse de ses ressources vitales, de transformation de son milieu de vie et de son milieu de pollinisation. On parle de syndrome d’effondrement des colonies – un phénomène de mortalité anormale et récurrente des colonies d’abeilles domestiques observable notamment en France et dans le reste de l’Europe, depuis 1998. Les abeilles sont les premières victimes des pesticides, particulièrement des insecticides néonicotinoïdes, les abeilles sont menacées d’extinction en Europe. Le taux de mortalité atteint jusqu’à 80% dans certaines ruches d’Europe. Mais c’est un phénomène dont les causes sont multi-factorielles [6].

Il n’en reste pas moins que les abeilles sont des « bio-indicateurs », au sens où leur disparition visible, peut être également le signe d’une dégradation peut-être moins visible mais plus générale des écosystèmes : agriculture intensive, réchauffement climatique, usages de pesticides, etc. [6]

Les abeilles sont ainsi des emblèmes, objet de mobilisation des professionnels, de l’opinion publique et de nombreux politiques. Aujourd’hui alors que les menaces de disparition de cet insecte passionnent le public, tout ce symbole n’a pas fini de fonctionner.

UNE PRISE DE CONSCIENCE DES ENJEUX DE PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ … VERS LE DÉPLOIEMENT DE L’APICULTURE URBAINE

Mais l’abeille c’est aussi l’image du « monde sauvage », ou tout du moins de la « nature ». C’est donc aussi un objet de « naturalisation » des milieux urbanisés. La création de rucher familiaux est aujourd’hui une activité à la mode en milieu urbanisé. Et sur internet, fleurissent les sites de témoignages de particuliers ayant implanté à leur domicile ou sur leur lieu de travail des ruchers, autant que les entreprises spécialisées dans l’implantation et la gestion de ruchers dans des « tiers-lieux ». 

D’autres formes, proposent également de parrainer des abeilles moyennant une cotisation mensuelle ou annuelle, accessible aux particuliers ou aux entreprises et ouvrant le droit à bénéficier d’une partie de la récolte de miel en fonction du montant de votre cotisation. Des structures de ce type ont émergé il y a un peu plus d’une dizaine d’années en France, mais aussi en Nouvelle-Zélande par exemple [9]. Et tout cela d’autant que l’apiculture a un côté « populaire », avec une activité qui ne coûte pas chère, facile d’accès, demandant peu de moyens initiaux. De surcroît, le miel – c’est-à-dire le produit récolté de l’exploitation de ces ruches – bénéficie aussi d’une bonne image notamment du côté des vertus pour la santé qui lui sont attribuées. 

Aujourd’hui, c’est du rucher de Paris 8 que nous discutons. Un rucher implanté dans un environnement singulier puisqu’il s’agit d’une université située en proche banlieue parisienne, et ce milieu, ce territoire, influence le projet et son développement notamment du fait de ces orientations pédagogiques. 


[1] L’eusocialité est entendu comme un mode d’organisation sociale observables chez certains animaux et au sein duquel les individus sont divisés en castes (fertiles et non fertiles). 

[2] Fert, P. (2017). Abeilles, gardiennes de notre avenir. De la prise de conscience à la protection. Paris : Editions Rustica. 

[3] Tavaillot P.-H., & Tavaillot, F. (2015). L’abeille (et le) philosophe. Étonnant voyage dans la ruche des sages. Paris : Odile Jacob. 

[4] Exemple : « Les insectes sociaux et la société humaine » article paru en 1901 dans la Revue d’économie politique et écrit par Charles Emery, qui explique les parallèles sociologiques possibles entre les sociétés constituées par les insectes sociaux et les sociétés humaines, entre autres du point de vue de l’organisation hiérarchisée et la répartition des tâches, en interrogeant finalement les questions de déterminisme social.

[5] Legrand, S. (2013). Les abeilles sont-elles un animal politique ? Labyrinthe, 40, 109-113. 

[6] Pierre, J., & Pham-Delègue M.-H. (2009). Utilisation et protection des insectes pollinisateurs. In A. Boissy, M.-H. Pham-Delègue & C. Baudoin (Eds.), Ethologie appliquée. Comportements animaux et humains, questions de société (pp. 20-39). Paris : Editions Quae. 

[7] Rapport de l’IPBES, 2016

[8] Voir Tasei, J.-N. (1996). Impact des pesticides sur les Abeilles et les autres pollinisateurs. Courrier de l’environnement de l’INRA, 29, 9-18. 

[9] voir l’article du journal l’Express du 23/06/2010 : “Ruche à adopter… miel à déguster” par Etienne Gless.